Les éditions de l’attribut ? Des essais, des outils de réflexion, de la ressource pour dessiner les perspectives des politiques culturelles à venir et les affirmer comme des enjeux de société.

Categories

Accueil du site > Ressources > Art, culture et éducation : quels enjeux ?


Jean-Gabriel Carasso

Art, culture et éducation : quels enjeux ?

CARASSO, Jean-Gabriel, 2010

L’éducation artistique et culturelle occupe désormais une place importante qu’il convient de situer dans le contexte de notre société contemporaine, en interrogeant notamment les concepts d’art, de culture, d’enseignement, d’éducation, en analysant aussi les objectifs, les enjeux et les conditions de réussite de sa mise en oeuvre.

1/ Le contexte

Mais d’abord quelques mots sur l’actualité du thème ! En France, depuis quelques années, pas une réflexion, un colloque, un séminaire, une émission de radio, un programme politique sur la culture, qui ne fasse de « l ’éducation artistique » une priorité nationale. Au plan international, l’UNESCO organisait en 2006 à Lisbonne une rencontre mondiale sur ce sujet. Chez nous, la campagne pour l’élection présidentielle en 2007 a été significative de cette évolution. De la gauche à la droite, voire à l’extrême droite, tous les programmes des candidats en matière de politique culturelle reprenaient peu ou prou la problématique de l’éducation artistique et culturelle. Ici, on envisageait un regroupement plus ou moins complet entre les deux ministères concernés ; ailleurs, on suggérait une demi-journée libérée pour les activités artistiques dans l’éducation. Partout, la perspective d’une généralisation de l’art à l’école était avancée. Le nouveau Président de la République en a fait une priorité affichée dans les domaines de l’éducation et de la culture. Les ministres de la culture et de l’éducation nationale sont désormais officiellement chargés de ce domaine. Bravo ! Pour qui milite depuis plusieurs décennies sur ce sujet, c’est mon cas, cette situation est aujourd’hui, cependant, paradoxale. D’un côté, on ne peut que se réjouir de voir enfin pris en compte dans le débat public un thème qui a fait l’objet de tant de combats, d’expériences, de réussites, partout en France, depuis une quarantaine d’années. Que des élus de tous bords conviennent enfin qu’il s’agit là d’une urgente nécessité, que notre système scolaire est hémiplégique et retardataire par rapport à d’autres pays, que les politiques culturelles ne se développeront plus sans un effort considérable de formation des publics potentiels... tout cela est une satisfaction pour les militants que nous sommes. Ainsi n’aurons-nous pas travaillé, expérimenté, formé, écrit et colloqué pour rien. Les mentalités évoluent. Tant mieux ! Mais dans le même temps, un vertige nous saisit. Que cache cette apparente unanimité ? Quels non-dits, malentendus ou contradictions ? Parle-t-on vraiment de la même chose ? Les politiques perçoivent-ils réellement les enjeux et les complexités qui se dissimulent derrière ces propositions ? A en croire les premières décisions et la priorité accordée désormais à « l’histoire des arts », on peut en douter.

(...)

Document(s) à télécharger

Partager