Les éditions de l’attribut ? Des essais, des outils de réflexion, de la ressource pour dessiner les perspectives des politiques culturelles à venir et les affirmer comme des enjeux de société.

Categories

Accueil du site > Ressources > Culture : réinventons les publics de demain


Emmanuel Ethis
,

Jean-Louis Fabiani
,

Damien Malinas

Culture : réinventons les publics de demain

dans "Libération", 10 juillet 2013

Au cours des quinze dernières années, peu de ministres de la Culture ont fait l’objet d’une approbation sans nuance : on pense par exemple à une personnalité politique d’exception comme Catherine Tasca ou à d’autres moins remarqués mais pourtant tout à fait méritants. C’est que la fonction ne permet plus guère de faire d’effets trop faciles. La comparaison permanente que font les commentateurs les moins avertis avec les « grands » ministres que furent Malraux et Lang renvoie leurs successeurs à la médiocrité de la gestion routinière et à une apparente panne d’idées. Notons néanmoins que Malraux comme Lang n’ont fait l’objet d’aucun droit d’inventaire et que l’on se contente d’affirmer leur grandeur sans expliquer vraiment de quoi elle est faite : on peut même s’étonner que jamais personne ne semble se souvenir que le principal outil culturel de Malraux - les maisons de la culture - devinrent obsolètes aussitôt leurs portes ouvertes, et que le doublement des crédits accordés à Lang n’eut pratiquement aucun effet sur la démocratisation de l’accès réel à la culture. Il ne faut pas juger les ministres dans l’abstrait mais rappeler que chaque époque a son ministre et que ce dernier est pris dans les contraintes spécifiques de ladite époque. L’aura de Jack Lang fait souvent oublier que Jean- Philippe Lecat fut un grand ministre de la Culture, extrêmement attaché aux enjeux d’accès et que Michel Guy excella dans le rôle de soutien à l’avant-garde artistique. Les politiques culturelles dépendent de l’environnement mais aussi, de plus en plus, de l’état des technologies de diffusion qui commandent une bonne part de l’offre et qui se moquent des frontières de l’Etat-nation. Elles ont surtout engendré toute une population d’acteurs culturels dépendants de la subvention publique, très attentifs au maintien de leur confort et toujours prêts à en découdre dès que leur pitance court le risque d’être rationnée.

(...)

Document(s) à télécharger

Partager