Les éditions de l’attribut ? Des essais, des outils de réflexion, de la ressource pour dessiner les perspectives des politiques culturelles à venir et les affirmer comme des enjeux de société.

Categories

Accueil du site > Ressources > Démarches artistiques partagées #1 : des processus culturels plus (...)


Philippe Henry

Démarches artistiques partagées #1 : des processus culturels plus démocratiques ?

Henry Philippe, 2011

Dans le cadre du projet L’art en partage, l’association ARTfactories/Autre(s)pARTs est à l’initiative d’un travail de recherche-action « sur le territoire de Marseille-Provence pour interroger la pertinence de l’ensemble des démarches qui inventent de nouvelles formes de démocratie artistique et culturelle avec leur territoire d’implantation et les populations ». Projet portant sur la période 2012-2013, un temps fort de mise en visibilité est prévu pour le printemps 2012, clôturé par un colloque public sur le thème « Démocratie artistique, un enjeu international ». Pour le moins, une telle thématique revient à s’interroger sur l’implication – désirée ou réelle – d’un plus grand nombre dans les pratiques artistiques contemporaines. Vaste question, qui peut s’intéresser à l’activité même du spectateur mis au contact d’une oeuvre d’art produite par des professionnels ou aux nombreuses médiations qui permettent ou facilitent cette activité. Il est également possible d’interroger l’importance actuelle des pratiques artistiques en amateur et la passion dont elles peuvent être l’objet. On peut tout autant examiner ce qui se désigne désormais sous l’appellation des démarches artistiques participatives ou partagées. De fait, toute une gamme de processus existe de nos jours et se trouve expérimentée avec des populations et dans des contextes divers (milieux scolaires, quartiers sensibles ou en réhabilitation, territoires ruraux, prisons ou hôpitaux, jeunes en insertion ou en échange international, personnes âgées, associations locales ou groupes sociaux particuliers…). Dans tous les cas, des non professionnels de l’art sont amenés à participer, avec leurs propres

Nous nous attacherons plus exclusivement dans ce texte aux processus dans lesquels les canevas d’action se construisent plus nettement dans et au fur et à mesure de l’interaction même entre des artistes et des non professionnels des mondes de l’art. L’intérêt pour notre propos de ces démarches artistiques, que nous qualifierons plus précisément de partagées, est justement de permettre de mieux interroger la notion de démocratie artistique. Leur originalité – qu’elles partagent d’ailleurs avec l’ensemble des démarches participatives – tient fondamentalement au fait qu’elles sont toujours intimement liées à un contexte particulier, la plupart du temps d’abord social et/ou territorial5. A contrario et même si elles conduisent bien à la production d’oeuvres, celles-ci ne correspondent pas forcément aux qualités d’autonomie et de pérennité réclamées par la théorie moderne de l’art.

Document(s) à télécharger

Partager