Les éditions de l’attribut ? Des essais, des outils de réflexion, de la ressource pour dessiner les perspectives des politiques culturelles à venir et les affirmer comme des enjeux de société.

Categories

Accueil du site > Ressources > Dix conseils au Conseil de la création artistique


Jean-Gabriel Carasso

Dix conseils au Conseil de la création artistique

CARASSO, Jean-Gabriel, 2009

Septembre 2009

Eureka ! Le Conseil pour la création artistique, mis en place par le Président de la République en janvier dernier sous la responsabilité de Marin Karmitz, vient de rendre publique 10 projets qui visent, en toute modestie, à « mettre en oeuvre une politique culturelle d’envergure pour le temps présent et l’avenir". Rien de moins ! Et d’ajouter dans un entretien au Monde « Ce que nous avons fait, le ministère n’aurait pas pu le faire. » Bigre ! La montagne accouche en réalité d’une compilation de souris diverses sans logique apparente, ignorant à la fois les nombreux diagnostics sur la fin de cycle des politiques culturelles, l’engagement des collectivités territoriales, espérant naïvement « passer de l’expérimentation à la généralisation », dont nous savons pertinemment qu’il n’en sera rien ! « Un "maître mot", nous dit-on, a guidé l’action du conseil : la transversalité. Transversalité entre les arts différents.… Transversalité des financements par huit ministères ». Souvenons-nous que le Fonds d’interventions culturelles, mis en place au début des années 70, fut à la source de très nombreuses innovations. Il s’agissait d’établir des programmes d’action, de lancer des appels à projets et de les co-financer entre les collectivités territoriales et les différents ministères concernés. Ce principe est aujourd’hui repris en Rhône-Alpes (FIACRE) et à Toulouse par la Ville. Ne serait-il pas intéressant de relancer ce type de structure, au niveau des régions, pour coproduire véritablement des actions territoriales ? Reprenons.

1/ « A la demande de Martin Hirsch, haut commissaire à la jeunesse, des créateurs de moins de 30 ans issus de toutes disciplines et de métiers d’art auront carte blanche pour intervenir dans des lieux phares (gare, usine, château, parc, monument), afin d’en réécrire l’histoire à leur façon. La manifestation aura lieu au début de l’été 2010 et reposera sur les projets présentés par huit structures : Centre chorégraphique de Toulouse, Maison de la culture d’Amiens, Subsistances à Lyon, Quartz de Brest, Maison de la culture de Grenoble, Théâtre de Chaillot à Paris, Marseille 2013, Centre Pompidou de Metz. » Conseillons au Conseil de ne pas s’appuyer d’abord sur les structures culturelles dirigées par ses propres membres ou leurs amis proches, ni de chercher à rééditer le coup de la Fête de la Musique, grande manifestation à la gloire du Grand Dirigeant, mais d’établir avec les collectivités territoriales une véritable politique concertée d’aide à la jeunesse : éducation artistique, pratiques amateurs, aides à la création, lieux de création… Une sorte de « charte territoriale culture/éducation/jeunesse » ? Et pourquoi pas un événement spectaculaire, mais en fin de chaîne ! C’est la vieille histoire des boeufs et de la charrue.

2/ « M. Karmitz, amateur d’art et collectionneur réputé, veut faire de Paris la "capitale mondiale de l’art". L’Ouest parisien en sera le symbole. Il s’agit de mettre en synergie toutes les institutions culturelles situées autour de la colline de Chaillot : Quai Branly, Palais de Tokyo, Musée d’art moderne de la Ville de Paris, Musées Guimet et Galliera, etc. Il existe déjà un modeste accord tarifaire entre quelques musées. Le Conseil veut aller plus loin et proposer "une offre globale" (transports, billet, parcours numérique, offre culturelle) » Conseillons au Conseil de lever la tête et de constater qu’au-delà de l’Ouest parisien, la colline de Belleville et de Ménilmontant, loin du XVIe arrondissement, mérite autant d’offrir à ses habitants une vie culturelle active et pertinente, voire une « offre globale » entre les nombreuses structures qui s’y trouvent. Conseillons lui aussi de ne pas trop tenir compte des inclinations personnelles de ses membres : que se serait-il passé si M. Karmitz avait été passionné, par exemple, de sport automobile et collectionneur de vieilles voitures ? Les 24 heures du Mans transportées au centre de la capitale ?

(...)

Document(s) à télécharger

Partager