Les éditions de l’attribut ? Des essais, des outils de réflexion, de la ressource pour dessiner les perspectives des politiques culturelles à venir et les affirmer comme des enjeux de société.

Categories

Accueil du site > Ressources > Intervention au Colloque sur les Arts du cirque dans l’éducation Hors Les (...)


Jean-Gabriel Carasso

Intervention au Colloque sur les Arts du cirque dans l’éducation Hors Les Murs / Théâtre Paris Villette

CARASSO, Jean-Gabriel, 2007

Introduction par Jean-Gabriel Carasso

Puisque vous me présentez comme « grand spécialiste », je vais parler des grands enjeux ce qui me donne une grande responsabilité devant vous ce matin… On m’a demandé d’introduire votre journée de travail. Je ne suis pas un spécialiste du cirque, même s’il m’arrive de faire le clown de temps en temps, mais je connais bien et j’ai suivi d’assez près l’évolution des questions du cirque. Je travaille plus sur les questions d’éducation artistique et culturelle en général, en France et ailleurs, depuis de nombreuses années, beaucoup à partir du théâtre. Je collabore notamment avec l’Observatoire des Politiques Culturelles sur ces questions-là. J’ai proposé de faire pour vous un cadrage pendant quelques minutes, pour savoir dans quel contexte on travaille. Je vais ensuite vous écouter toute la journée, prendre des notes et revenir en fin de journée vous dire ce que j’ai entendu et comment, ce que j’ai entendu, rejoint ou modifie éventuellement les hypothèses de départ sur le contexte et les enjeux de l’éducation artistique et culturelle. Deux mots d’abord sur le contexte. Nous vivons une période formidable. L’année dernière, au festival d’Avignon, le SYNDEAC (syndicat des directeurs d’entreprises culturelles) avait invité tous les partis politiques, presque tous les partis politiques, à venir exprimer leur projet en matière culturelle. J’ai été frappé, en écoutant tout le monde, que tous, absolument tous mettaient au premier plan la question de l’éducation et de la formation des jeunes. Le débat autour de ces questions, que nous avons mis quarante ans à essayer de faire surgir, est enfin arrivé sur la place publique. Si vous observez les propositions des différents candidats aux élections présidentielles, avec des variantes évidemment, avec des différences, le sujet de l’art et de la culture dans l’éducation est au coeur de toutes les propositions. C’est une chose très nouvelle. J’ai dirigé pendant douze ans l’association nationale Théâtre Éducation (ANRAT) or, il y a quinze ou vingt ans, quand nous allions au Festival d’Avignon faire des colloques sur ce thème, nous étions archi-minoritaires. On nous disait : « qu’est-ce que vous venez raconter ? Ce qui est important, c’est le marketing, les entreprises culturelles, l’emploi, etc. Tout ce que vous évoquez, c’est du socio-culturel dépassé. » Donc, il y a une évolution considérable. Mais que signifie cette présence forte de la question de l’éducation artistique et culturelle dans le débat public aujourd’hui ? Pourquoi on en parle aujourd’hui ? J’y vois au moins quatre raisons, un peu conjoncturelles.

(...)

Partager