Les éditions de l’attribut ? Des essais, des outils de réflexion, de la ressource pour dessiner les perspectives des politiques culturelles à venir et les affirmer comme des enjeux de société.

Categories

Accueil du site > Ressources > Le public... Les publics


Jean-Gabriel Carasso

Le public... Les publics

CARASSO, Jean-Gabriel, 2007

Note pour une intervention Scèn’O Centre / Luçé 17 janvier 2007

Vous m’avez demandé de réfléchir avec vous à « la question des publics ». Cette question appelle, principalement, quelques précisions sur les termes, les enjeux, la « crise » et ses origines.

I/ Quelques éléments en guise de préambule

1/ Peuple, population, public…

Il importe de noter l’évolution des termes, au cours du siècle dernier, qui a vu se succéder les notions de « peuple », de « population » et de « public ». Le Peuple, depuis Romain Rolland, le Théâtre du Peuple, les universités « populaires », le Front populaire, le théâtre national populaire de Vilar… c’est le destinataire générique espéré des oeuvres théâtrales. Ce sont les « citoyens », ceux qui participent à la vie de la cité, ceux qui votent… depuis les Grecs ! Une entité virtuelle, un rêve démocratique. La population (les populations), ce sont des ensembles d’individus concrets, qui vivent (habitent et/ou travaillent) sur un « territoire » constitué. Ce sont les populations que l’on cerne dans les recensements… Le public enfin (les publics !), ce sont les usagers réels des structures, des institutions ou des oeuvres. Ce sont les spectateurs effectifs, ceux qui assistent réellement aux représentations. On gardera à l’esprit cette trilogie, pour se demander à qui, finalement, chacun entend s’adresser aujourd’hui.

2/ Pas de public sans oeuvre, pas d’oeuvre sans public ?

Depuis Marcel Duchamp, son porte-bouteille et son urinoir, ses « ready made », nous savons que « c’est le public qui fait l’oeuvre ». C’est le regard porté sur l’objet qui donne sens (on pas) à celui-ci. Ceci peut être vérifié dans bien des domaines : un paysage, une situation, un objet… peuvent soudain « faire oeuvre » dans le regard d’un spectateur. Cette donnée « artistique » s’inverse en matière « culturelle » : ici « c’est l’oeuvre qui fait le public. » En effet, ce n’est que la rencontre effective entre l’oeuvre et le public qui permet à celui-ci de se constituer. Au théâtre, « le public » n’existe pas en dehors de la représentation, ni avant, ni après. Il ne se constitue, de manière éphémère, qu’à l’occasion de la représentation.

(...)

Document(s) à télécharger

Partager